Les campus de l’UdeS, un aménagement plus durable à chaque année

Par Olivier Girard

Une nouvelle piste cyclable, une nouvelle traverse piétonnière, la plantation de nouveaux arbres, etc. Le campus principal de l’Université de Sherbrooke a plusieurs surprises pour les étudiants durant la première session de l’année 2019-2020!

L’année passée, l’Université de Sherbrooke a lancé son nouveau plan d’action de développement durable, qui s’inscrit dans le cadre de sa planification stratégique 2018-2022. Ce plan de développement durable est constitué de sept stratégies permettant d’améliorer les campus pour favoriser la vie étudiante, le bien-être des étudiants et des employés et la protection de l’environnement. Concrètement, plusieurs actions, mises en place tout au long de la période de quatre ans, permettront d’augmenter les mesures écologiques des campus.

Les sept stratégies de développement durable de l’UdeS
Stratégie d’aménagement des espaces verts
Stratégie de mobilité durable
Stratégie de gestion des matières résiduelles
Stratégie de campus équitable et nourricier
Stratégie d’investissement responsable
Stratégie d’approvisionnement responsable
Stratégie de gestion de l’énergie et des gaz à effet de serre

Ce plan 2018-2022 s’inscrit dans la volonté à très long terme de développement durable de l’UdeS. Cette vision de développement durable ne date pas d’hier. Déjà en 2005, la Politique de développement durable de l’Université proposait diverses actions. Par exemple, pour ce qui est de l’entretien des terrains, depuis quelques années, aucun engrais ni pesticide n’est utilisé. Ensuite, certaines zones peu fréquentées ont été transformées en zones de préservation, qui comportent les mêmes diversités d’espèces que l’écosystème du mont Bellevue (c’est le cas notamment de certaines zones autour des résidences dans le G ainsi que près du A8 et A9).

Dernièrement, l’Université de Sherbrooke et la Ville de Sherbrooke ont déposé une demande au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques afin que le parc du Mont-Bellevue soit reconnu comme une réserve naturelle. Il importe de rappeler que 75 % de ce territoire appartient à l’Université, l’autre 25% appartenant à la ville de Sherbrooke. De nombreuses actions ont déjà été entreprises dans le cadre de ce projet de réserve naturelle. Des panneaux de signalisation indiquant les différents usages permis et interdits ont fait leur apparition. Un sentier du parc a également été fermé et restauré, tandis que d’autres le seront ultérieurement. Des activités d’éducation seront également entreprises auprès des différents groupes d’utilisateurs.

Également, depuis l’année passée, les étudiants et le personnel peuvent se régaler à l’aide des arbres fruitiers plantés sur le campus principal. 

Au printemps dernier, l’Université de Sherbrooke a inauguré le parc solaire dédié à la recherche dans le Parc innovation – ACELP. Les panneaux solaires sont utilisés pour des travaux de recherche, en plus de fournir de l’électricité pour le campus principal. Bien que le parc ne permette pas de couvrir l’entièreté des besoins du campus principal, une partie importante des besoins en énergie est comblée.

Pour la rentrée, la nouvelle piste cyclable et piétonnière, partant de l’entrée du mont Bellevue jusqu’au cœur du campus, permet un meilleur accès par la montagne. L’inauguration officielle de la piste vient d’avoir lieu, durant la semaine de la mobilité du 16 au 21 septembre. De plus, un nouveau trottoir a été installé sur la voie 1 durant l’été, ainsi qu’une nouvelle traverse piétonnière permettant de traverser le chemin de Sainte-Catherine.

Durant l’automne, les étudiants peuvent s’attendre, entre autres, à quelques petits nouveaux aménagements nourriciers. De plus, vingt-cinq nouveaux arbres de bonnes grandeurs seront ajoutés à quelques endroits sur le campus principal cet automne.

L’aménagement durable du campus passe également par le financement de projets étudiants. À l’entrée du E1, le Frigo Free Go permet de recueillir de la nourriture invendue de certains épiciers sherbrookois. Dans le cadre des projets de la Ruche Campus, plusieurs plantes mellifères (qui contribuent à la production du miel) sont intégrées dans l’aménagement. Le jardin collectif permet à ses membres et aux participants aux activités de cultiver et de récolter des légumes et des fruits. Des étudiants sont supportés pour l’installation de leurs œuvres à ciel ouvert, comme le démontre le Guéridon, une œuvre d’art créée par des étudiantes et étudiants en arts visuels, qui a été fabriquée à partir de pneus et installée dans le Cœur campus en 2017.

Vous avez une idée de projet étudiant qui touche le développement durable? Le Fonds conjoint pour les initiatives de développement durable permet le financement de projets de développement durable de petite ou de grande envergure. Des projets ponctuels ou de longue durée ont déjà été financés : achat de chandails écoresponsables pour les activités d’intégration, ententes pour le Frigo Free Go, achat et revente de livres usagés, etc.

Cet été, la Société de transport de Sherbrooke a ajouté 30 000 heures de service dans son réseau, ce qui en fait le plus important ajout de service en 30 ans. De cette façon, la STS veut diminuer l’attente des étudiants provenant des autobus trop remplis. L’Université lancera également une campagne, dans le cadre de la semaine de la mobilité durable, incitant les étudiants à occuper les places à l’arrière des autobus afin d’aider les chauffeurs à mieux gérer la capacité des autobus.

Il faut savoir que ce sont des employés de l’Université de Sherbrooke qui développent les stratégies de développement durable. Les étudiants ne font pas partie directement de l’élaboration des stratégies, mais ils sont consultés par le biais du REMDUS, de la FEUS et du regroupement étudiant Campus durable pour partager leurs avis et leurs besoins.

Les 7 stratégies comportent plus de 320 actions à mettre en œuvre au cours des 4 prochaines années. Bien que des indicateurs de performance aient été identifiés, un défi important demeure l’analyse des résultats. Ces analyses sont importantes puisqu’elles permettent de savoir si les actions répondent réellement aux objectifs. Avec leur nombre élevé de stratégies et d’actions, il est évidemment très difficile d’obtenir une analyse de résultat pour chacune des actions. Cependant, les stratégies bénéficieraient d’une telle analyse afin d’assurer leur efficacité. Cela peut même être un moyen supplémentaire d’inclure les étudiants, qui pourraient réaliser les analyses de résultat de certaines actions.

Cet article est rédigé d’après les stratégies disponibles publiquement et d’après une rencontre avec Patrice Cordeau - Conseiller en environnement et développement durable à l'Université de Sherbrooke et Bernard Fournier - Directeur général adjoint et Directeur de division : entretien et réparations.


Crédit Photo @ Béatrice Palin

Partager cette publication

Laisser une réponse