Par Hélène Bughin 

Après une vague de chaleur étouffante, une brise salvatrice se pose sur le centre-ville de Sherbrooke, alors que j’y rédige cette première agora. Avant de plonger dans le vif du sujet, une présentation brève s’impose. Depuis l’hiver 2020, je suis candidate au doctorat en études littéraires, après quelques années à Montréal en création littéraire et cinéma, à coordonner des spectacles de poésie et des festivals littéraires.  

Revenue à Sherbrooke pour profiter de la nature et des paysages, j’ai à cœur le développement culturel de ce que je considère comme ma ville natale. Des spectacles à la Petite Boîte Noire à la sortie à la librairie Appalaches, en passant par l’exposition dans un café de quartier, toutes les petites touches culturelles que je remarque et qui constellent le quotidien me réconfortent.  

Une reprise graduelle 

À la suite de cet hiver étrange, je profite de la réouverture graduelle pour réapprendre à sortir, à me laisser charmer, à faire d’autres activités qui n’incluent pas d’écran. Consommer de la culture sur le web est une méthode simple, certes, mais vivre un événement; se laisser émerveiller; réfléchir à une œuvre mise devant nous est une expérience en soi qui ne peut être complètement émulée.  

Je me réjouis du retour des spectacles en salles et des scènes physiques, mais aussi de ce qui se crée en ville, in situ. Sherbrooke a toujours eu un je-ne-sais-quoi, au niveau de ses artistes, de sa culture, qui persiste dans son effervescence, mais ce qui est proposé à la population, cet été, dépasse les attentes. Il est possible de traverser la ville et de croiser une multitude de places aménagées, où se rendre pour se dégourdir les jambes et lire tranquille, ou d’assister par hasard à une prestation surprenante. Ma perspective est multidisciplinaire et j’espère, par mon mandat de cheffe de pupitre, section Culture, vous faire découvrir la magie des artistes de Sherbrooke. 

La brise culturelle 

Cette année encore, la Ville de Sherbrooke, en partenariat avec le Comité Arts et Culture Jacques-Cartier et le café Baobab, a mis sur place un programme culturel accessible. La brise culturelle propose depuis le 28 juin dernier et jusqu’au 10 septembre prochain, une vingtaine d’animations dans plusieurs parcs comme celui du Domaine-Howard, du Bois-Beckett ou du parc Belvédère.  

Les artistes, professionnels comme émergents, de toutes disciplines confondues, sont invités à proposer des prestations, performances ou œuvres inédites pour mettre un souffle dans le quotidien des gens. On y retrouve autant des musiciens que des artistes du cirque, des slameurs, des conteurs, etc. Autour de la Maison Bleue, au Domaine Howard où un nouvel aménagement paysager est proposé, il est possible même d’admirer des tables à pique-nique décorées par des artistes!  

Cette programmation estivale regroupe également des animations publiques à la place Well Sud, King Ouest, espace unique et polyvalent mis à la disposition citoyenne. Il est possible d’y retrouver, entre autres, Andrée-Anne Chose, Pierre Noël, Excavation & Poésie et Mélanie Goulet. Vous pouvez retrouver toutes les informations et davantage sur leur site internet. Ou vous pourrez flâner, au centre-ville, et certainement trouver une animation, une prestation, un spectacle de musique dans un café.  

Ventre-Ville : se nourrir de récits  

En plus de toutes ces initiatives, l’organisme Traces et souvenances propose, lui aussi depuis le 8 juillet, un projet inédit durant lequel plusieurs performeurs et performeuses de talent accueillent un public curieux. Leur mission? Faire connaître la Ville par le prisme de l’identité, de l’influence des lieux, d’un regard personnel. Pièce de théâtre hors des murs, le tracé met en scène un texte chargé de réflexions, de souvenirs et de sujets pertinents, comme l’embourgeoisement apparent de différents quartiers et la pauvreté qu’on tente de masquer. Le premier tableau consiste en une déambulation contée.  

Il est possible de s’émerger ainsi dans notre propre ville, avec un regard extérieur. L’interaction possible avec les comédiens et comédiennes rehausse l’expérience théâtrale. Le deuxième tableau propose une soirée de dégustation réinventée. Une bière de la microbrasserie du Siboire est offerte et des bouchées sont disponibles chez quelques restos comme le Liverpool, ou Ça beigne. Il est même possible de discuter avec les propriétaires!  

L’art visuel au rendez-vous 

Envie d’acquérir de l’art d’ici ou d’admirer des œuvres uniques? Le centre-ville compte depuis peu une nouvelle perle, adjacente au Café Monsieur Pickwick : l’excellente initiative la ruelle de la Chasse-Galerie. Situé au cœur de la rue Wellington Nord, le projet récemment lancé a pour but de promouvoir des artistes visuels — ses murs sont déjà embellis d’une murale et plusieurs expositions d’artisans ont déjà eu lieu, rassemblant textiles, joaillerie, œuvres visuelles. Plusieurs autres événements sont à prévoir dans ce lieu aménagé pour l’occasion!  

C’est aussi dans ces environs que se trouve l’espace Wellington-sur-Mur, une station balnéaire en plein centre-ville comme suggère ses installations excentriques, allant des bateaux transformés en mobilier à la géante pieuvre. Il est possible d’y consommer de l’alcool si un repas pour emporter accompagne la consommation, une belle occasion d’encourager les restaurants locaux après une longue dormance. Notons au passage une tentative de revitalisation de la rue Alexandre, par de nouveaux parcs éphémères, les Jardins Alexandre, espaces proposant un parcours pédestre et des tables pour profiter de l’aire rafraîchissante.  

Un conseil municipal à l’écoute des artistes 

Pour finir cette première agora, je profite des dernières lignes pour signaler aux artistes de la communauté étudiante qu’il est possible de soumettre des propositions au conseil municipal! En effet, un programme de bourses est enfin offert aux Sherbrookois et Sherbrookoises souhaitant soumettre des projets, qu’ils ou elles soient en voie de professionnalisation, en fin de projet, ou encore dans la relève.  

Vous pouvez soumettre votre candidature jusqu’au 20 août prochain. Il s’agit, à mon sens, du genre d’initiative qui stimulera la communauté artistique déjà établie et facilitera la rétention dans le milieu culturel. Vous pourrez trouver tous les détails de la soumission sur le site web du Conseil municipal. Sinon, il est à noter que le Conseil de la Culture est toujours un organisme intéressant pour vous accompagner dans ce genre de démarche.  

Bon été!


Source image : Destination Sherbrooke

À lire aussi

Un été culturel en Estrie

Partager cette publication