Par Lily Bourezg 

Alors que les changements climatiques affectent particulièrement les pays en développement, Partenariat pour le développement des communautés (PARDEC), un organisme québécois, met sur pieds des projets pour pallier certains problèmes que connaissent ces pays.  

PARDEC est un organisme de coopération internationale (OCI) apolitique et à but non lucratif qui contribue à la construction d’un monde où les ressources sont accessibles et partagées de façon équitable. L’objectif étant de répondre de façon efficace et durable aux demandes formulées par les communautés du sud. Dans les dernières années, l’organisme a mis à la disposition des acteurs locaux de développement des moyens leur permettant de renforcer leur leadership, leur capacité organisationnelle et financière ainsi que leur politique de gestion. PARDEC s’est donné comme mission de soulager la pauvreté au sein des communautés du sud en fournissant son aide dans quatre domaines : l’agriculture et la sécurité alimentaire, la santé, l’éducation et l’insertion professionnelle des jeunes en situation de vulnérabilité.  

Des actions sociales, économiques et durables 

D’autre part, l’organisme a également développé une expertise dans les domaines des énergies solaires qu’il considère comme un excellent moteur pour accélérer le développement des communautés vulnérables ainsi que pour lutter contre les changements climatiques. Ces deux secteurs sont donc transversaux aux quatre axes d’intervention qui constituent l’ossature de PARDEC. 

Source : PARADEC

Au fil des années, PARDEC est intervenu dans de nombreux pays et a mis sur pied différents projets mettant en vedette son savoir-faire en matière d’énergie renouvelable. En effet, grâce à son expertise en énergie solaire, il a pu implanter des centrales solaires autonomes dans les centres de santé en milieu rural, au Bénin, au Burkina Faso et en République démocratique du Congo (RDC). Ceci a pu permettre d’améliorer les services de santé de première ligne dans les zones ciblées. PARDEC a également élaboré un projet au Maroc pour former des femmes paysannes aux technologies solaires pour des fins domestiques. Présentement, l’organisme implante plusieurs stations d’eau potable alimentées par l’énergie solaire, dans les banlieues de Kinshasa. En ce qui concerne le domaine de l’agriculture, PARDEC a élaboré un projet de riposte alimentaire en RDC, au Mozambique et au Québec.  

De nombreux partenaires 

L’organisme travaille conjointement avec plusieurs partenaires financiers et techniques qui l’appuient dans la mise en œuvre de ses interventions. On compte, notamment le programme d’Expériences de coopération internationale multidisciplinaire (ECIM), coordonné par l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, qui permet d’accueillir de nombreux étudiants au sein de l’organisme. Également, la Fondation des Parlementaires québécois – Cultures à partager appuie le programme de relance des bibliothèques scolaires. Quant aux bailleurs de fonds, PARDEC reçoit sous concours le financement du gouvernement du Québec à travers différents ministères, tel que celui des Relations internationales et de la Francophonie. C’est donc toute une équipe et un réseau de partenaires qui collaborent afin d’améliorer les conditions de vie de plusieurs communautés au Québec et à l’étranger. 


Source photo : PARADEC

Partager cette publication