Par Roxane Gaudreault

C’est avec une fierté certaine que Camille St-Pierre et Léonie Boudreault ont annoncé leur projet de librairie indépendante qui verra le jour à Sherbrooke cet automne. En effet, la librairie Les Deux Sœurs s’installera bientôt au centre-ville. Au menu : la littérature pour tous, rien de moins.  

Toutes deux récemment diplômées en littérature de l’Université de Sherbrooke, Camille et Léonie décrivent leur projet avec beaucoup de passion. « On veut offrir des livres pour tout le monde, décrit Camille. On s’intéresse autant à la littérature de la diversité qu’à la littérature jeunesse, l’important pour nous, c’est que les gens puissent lire ce qui leur fait envie sans se sentir jugés pour leurs choix. » 

Les partenaires d’affaires ont décidé de se lancer malgré la pandémie, profitant du relâchement prévu à l’automne pour l’ouverture de leur commerce. Un projet ambitieux qui les fait travailler très fort, mais qui passionne visiblement les deux entrepreneures. « Bien sûr, c’est un stress, avoue Léonie, ça fait partie de l’expérience. Mais c’est un bon stress qu’on est heureuses de partager ensemble. » 

Le plaisir de lire pour tous 

Alors qu’elles décrivent le mandat de leur commerce, une expression revient souvent dans la bouche de Camille et Léonie : Safe space. Leur but avoué est de créer un climat sain autour des livres en offrant une belle diversité et aucun jugement. Un mandat solide, mais ardu. Quand on connait le niveau d’élitisme qui entoure les œuvres littéraires dans le monde universitaire, on peut se surprendre du désir profond des deux diplômées de créer un endroit spécialisé dans la littérature jeunesse et la littérature de la diversité : « On a vu ça trop souvent, cette attitude envers les genres qui sont moins valorisés comme la littérature jeunesse. On pense que l’important, c’est d’aimer ce qu’on lit. C’est ça, le moyen pour faire aimer la lecture ». 

Le public cible de cette nouvelle librairie? Un peu tout le monde, mais la cible principale demeure proche de la réalité des propriétaires : « On vise surtout les personnes étudiantes, tant du cégep que de l’Université. Les personnes plus jeunes aussi, celles du secondaire. Enfin, on s’attend à intéresser les parents des jeunes ». Intéresser les jeunes à la lecture est donc une part importante de l’initiative, ce qui va de pair avec les genres mis de l’avant par les entrepreneures. On comprend tout de même que la priorité des propriétaires reste que tous soient accueillis chaleureusement dans la librairie et soient conseillés sans gêne.  

Des genres littéraires peu valorisés, mais très populaires 

Si les genres mis de l’avant à la Librairie Les Deux Sœurs n’ont pas leurs titres de noblesse selon l’élite littéraire de ce monde, il reste que ce sont des genres très populaires. Si, malheureusement, bien peu de cours universitaires (ou collégiaux) traitent de ces genres, on peut voir une tendance se dessiner et leur nombre augmenter légèrement d’année en année, montrant que ces genres se créent une place dans le monde universitaire. 

La littérature jeunesse, notamment, est depuis longtemps un des genres les plus vendus. Les adolescents et jeunes adultes qui en sont adeptes tendent en effet à consommer beaucoup de livres. Les auteurs jeunesse ont aussi tendance à être très prolifiques.  

Le domaine des albums jeunesse et des livres pour les tout-petits est aussi en plein essor. Les livres illustrés ont présentement la cote et les bons ouvrages s’adressant aux petits se multiplient. L’offre et la demande sont très importantes dans le domaine, en faisant un choix judicieux dans un marché varié comme Sherbrooke.  

Enfin, la littérature de la diversité fait elle aussi beaucoup parler d’elle depuis les dernières années. Avec les mouvements sociaux comme #metoo et Black Lives Matter, on a vu croître l’intérêt pour des auteurs auparavant boudés du grand public.  

Une alliance presque familiale 

C’est un cours universitaire qui a facilité la rencontre entre les deux « sœurs ». Alors étudiantes dans le même programme, Léonie et Camille se sont d’abord côtoyées sur le campus, où « ça a cliqué ». Par la suite collègues baristas au Café Célestine, les deux amies ont su qu’elles étaient faites pour travailler ensemble.  

Si elles ne partagent pas de lien familial réel, c’est un lien très fort qui unit les deux amies et partenaires. Lorsque questionnées sur le choix de nom pour la boutique, les filles rient. « C’est parce que souvent, on se faisait prendre l’une pour l’autre au travail, et même en dehors, explique Léonie. Nous ne sommes pas sœurs, mais on se l’est fait tellement demander qu’on a décidé de pousser la blague. On va se faire demander encore plus si on l’est maintenant, et on trouve cela très drôle. » 

La Librairie Les Deux Sœurs ouvrira ses portes cet automne et aura pignon sur rue au 285, rue King O. à Sherbrooke. Il est possible de suivre les actualités de la boutique sur sa page Facebook.


Source photo : Librairie Les Deux Sœurs

À lire aussi

Une nouvelle librairie au centre-ville

Partager cette publication