Par Blanche Senicourt 

Et si la flore intestinale était plus impliquée qu’on ne le croit dans la COVID-19? Une équipe multidisciplinaire de l’UdeS sinterroge sur le rôle des probiotiques dans la pandémie en cours. L’étudeProvid-19, commencée au mois de janvier, recrute actuellement parmi différentes strates dâge. La communauté étudiante est invitée à participer et à faire connaître cette initiative. 

Ça y est, le diagnostic est tombé : vous êtes positif à la COVID-19. Vous n’avez pas d’autre choix que de rester chez vous confiné dans votre espace, le temps que les symptômes disparaissent. Et si vous mettiez à profit ce temps pour aider les chercheurs de l’UdeS en participant à l’étudeProvid-19? 

Loin des conseils diététiques et des livres aux titres accrocheurs, ils ont rassemblé les publications scientifiques de ces dernières années et leur analyse est sans appel : oui, certains probiotiques apportent un bénéfice dans le traitement d’infections respiratoires et digestives. Oui encore, ces probiotiques sont capables d’exercer une action antivirale. Cependant à ce jour, aucune donnée ne vient appuyer leur rôle dans le contexte de la COVID-19. Ailleurs dans le monde, une petite dizaine d’équipes mènent des essais cliniques dans ce sens. Et au Québec? Depuis mars 2020, l’équipe, à laquelle contribuent aussi des chercheurs de l’Université Laval, travaille d’arrache-pied pour monter cette étude. 

L’idée derrière Provid-19 est toute simple : entre le virus et le patient, le microbiote pourrait jouer un rôle clé. Ces micro-organismes présents dans notre tube digestif, mais aussi dans notre appareil respiratoire, se retrouvent en première ligne lors des infections et contribuent de plusieurs façons au maintien de notre immunité. Dans le cas de la COVID-19, lgravité de la maladie varie grandement d’un individu à l’autre;pour le Dr Pasquier, la piste du microbiome doit être explorée sans attendre. «Ce que les personnes vulnérables à la COVID-19 ont en commun, qu’il s’agisse des seniors, des personnes obèses ou encore des personnes atteintes de diabète, c’est un débalancement dans la composition du microbiome.» Les chercheurs espèrent renforcer ce qu’ils considèrent comme un acteur majeur dans la progression de la maladie, et peut-être ouvrir la voie à plus d’études sur ce pan encore largement méconnu de notre immunité. 

Pour en savoir plus ou pour participer à l’étudeProvid-19, consultez www.provid-19.ca ou composez le 1-866-821-7139 

Si vous êtes intéressés par la thématique, suivez l’équipe de Provid-19 sur leur page Facebook. L’équipe fera des mises à jour chaque semaine et diffusera des vidéos d’experts de l’UdeS collaborant à l’étude tels qu’Isabelle Laforest-Lapointe de la Faculté des sciences et Gabriel Blouin-Genest de la Faculté des lettres et sciences humaines. 

Partager cette publication