Par Pascale St-Pierre

C’est dans une ambiance réconfortante et festive que deux artistes de talent se sont produits, le vendredi 24 novembre dernier, devant une trentaine de personnes à l’Espace 100 noms. Ce café, qui se veut nourrisseur de corps et d’esprit, accueille des évènements, improvisés ou organisés, et des publics de tous les horizons plusieurs fois par semaine.

Dans le coloré local, dans un coin, a été installé un clavier, entouré d’instruments, où a d’abord performé Eleuthera Diconca-Lippert. Sa voix élastique au registre impressionnant a fait danser les petits et a captivé les grands, au bonheur le plus complet de chacun. Chanteuse de profession et basée à Montréal, Eleuthera, parfaitement trilingue, a de l’expérience dans une large variété de styles, partant du folk espagnol pour se rendre à l’improvisation funk et jusqu’aux reprises de morceaux de soul, une variété qui lui permet d’aborder avec doigté les sujets qui l’inspirent : l’amour, la perte, les difficultés de la vie et la force intérieure. Elle nous a présenté ce soir-là une sélection de morceaux originaux en anglais, issus de son premier album solo complet de soul/blues, toujours en construction. Il sera mis en vente au printemps 2018.

Suite à ce survol d’une gamme d’intenses émotions a pris place Keenan, musicien professionnel originaire de la Colombie-Britannique, qui nous a apaisés avec ses pièces reprises et originales à la guitare et à la voix. Auteur publié et étudiant à la maitrise en littérature spécialisée en poésie et en religion à l’Université Bishop’s, Keenan se passionne pour la philosophie, les sciences politiques et la pédagogie. Il espère terminer sa maitrise, puis un doctorat, tout en poursuivant son cheminement artistique dans la production et l’interprétation musicale, et ce, dans chaque coin du pays en commençant aujourd’hui par le nôtre.

L’Espace 100 noms, c’est une petite capsule où au milieu de l’hiver de Lennoxville foisonnent chaleur et amour volontaire. Situé au 170, rue Queen, l’Espace se fonde sur des valeurs d’entraide, de créativité, d’ouverture et de guérison. Chaque jour, la cuisine propose un menu du jour (ainsi que du thé, du café, des boissons et quelques gourmandises) respectueux des autres espèces animales et de la planète, concocté par une équipe ouverte de bénévoles dévoués. Ces plats sont offerts en échange d’une contribution consciente. Dans une explosion de couleurs, passant des murs orangés aux tables peinturlurées et aux visages des enfants qui courent et rigolent ensemble autour et à l’intérieur de ce qui ressemble à une maison familiale, cet intime « incubateur social » fête cette année sa quatrième année de vie de famille, créative et guérisseuse.

Le public a été charmé par les voix douces et complémentaires des deux musiciens à l’honneur et s’est joint à ceux-ci pour un jam jusqu’à la fin de la soirée. Passant d’un répertoire à l’autre, le groupe spontané de musiciens s’est passé la balle et chacun a eu droit à son instant de gloire. C’est dans le rire et la festivité que nous nous sommes dit, en mettant un pied hors de la capsule, « à très bientôt! »


Crédit Photo © Espace 100 noms

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *