Par Hélène Bughin

Le samedi 4 septembre dernier avait lieu un premier événement en présentiel pour la galerie d’art sherbrookoise Sporobole. Pour l’occasion, l’organisme a présenté le projet Achicoutimatique en plus de son artiste en résidence, le compositeur David Ledoux. Le public était au rendez-vous et l’installation continue jusqu’au 4 octobre. Célébration de l’art auditif avec la communauté musicale de Sherbrooke.

Entrelacement

Sporobole est un centre de diffusion et de production en art actuel décidé à favoriser la circulation entre les pratiques. De ce fait, un intérêt plus grand est porté au développement de résidences cohérentes et donc est mis à la disposition de l’artiste un atelier, permettant à la personne invitée de développer sa pratique en toute tranquillité. Cette pratique est primordiale, car elle engendre des œuvres réfléchies et surtout en symbiose avec leur temps.

Cet automne, c’est l’artiste David Ledoux qui prend résidence à la galerie du centre-ville sherbrookois. Créateur sonore résidant à Montréal, sa pratique se concentre davantage sur la spatialité possible de la musique, à l’aide de haut-parleurs et autres installations. Aussi technicien, concepteur sonore pour différents médias ou mixeur, Ledoux touche à tout et sait varier ses compétences. Cette maîtrise du son se remarque dans son exposition des Champs sonores des possibles, qui prendra l’affiche jusqu’au 4 octobre prochain. Projet d’ameublement urbain, on y retrouve ambiances sonores portant vers l’imaginaire, une volonté de se réapproprier le territoire, une réflexion sur les espaces vacants et publics, mais surtout, une cohabitation sonore de deux villes, soit Sherbrooke et Montréal.

Une ambiance tout en festivités

En guise de vernissage, l’artiste et le projet Achicoutimatique se sont associés pour une soirée ponctuée de segments présentant des rythmes audacieux. Les membres du projet tel que Louis Dufourt ou Sola Nkani ont livré des compositions hautes en couleur à l’aide de la musique acousmatique (aussi nommée musique concrète par son côté matériel). Genre musical permettant l’invention de sons par des synthétiseurs, il a permis au groupe d’aller chercher des vibrations concrètes dans la salle. Une bonne introduction à l’exposition en cours!

Vous pouvez retrouver l’exposition de David Ledoux au Sporobole, au 74 rue Albert. L’installation offerte au public diffuse en continu le contenu du projet, dont la démarche s’inscrit dans une réflexion sur l’écologie sonore et le design urbain. L’expérience in situ fait changement des œuvres traditionnelles et physiques! Une expérience sensible à essayer au moins une fois pour saisir tous les effets bénéfiques d’une ambiance sonore à l’image de la population.

À lire aussi :


Crédit photo @ David Ledoux

Partager cette publication