Par Guillaume Desmarais

Bien qu’on ne parle que des élections fédérales, il est important de garder en tête que les élections municipales approchent elles aussi à grands pas. Le 7 novembre, les citoyennes et citoyens seront invités aux urnes pour choisir les personnes qui les représenteront.

Qui plus est, la lutte sherbrookoise s’annonce très serrée et palpitante. Le Collectif a décidé de présenter les personnes qui sont au centre de cette course pour vous aider à faire un choix éclairé. C’est pourquoi le maire sortant de Sherbrooke, Monsieur Steve Lussier, vous sera présenté aujourd’hui.

Un nouveau maire

Les élections de 2017 ont permis l’entrée en scène de monsieur Lussier, qui était alors méconnu du public et du milieu politique sherbrookois. En plus d’avoir surmonté un déficit de notoriété, il a battu le maire sortant, monsieur Bernard Sévigny, et la candidate du parti Sherbrooke Citoyen, en tant que candidat indépendant. Issu du milieu des affaires, il a toujours adopté une approche plus pragmatique. En 2017, il a notamment axé sa campagne vers l’aéroport de Sherbrooke et le dossier Well Inc. Toutefois, presque 4 ans plus tard, ces deux dossiers sont encore presque au même point qu’en 2017. Bien sûr, il serait malhonnête de dire que la stagnation des dossiers est due seulement au maire sortant puisqu’au cours de son mandat, il y a eu un changement de gouvernement provincial, deux élections fédérales et la pandémie de COVID-19.

Bilan

En novembre 2020, Steve Lussier a dressé un bilan positif de son mandat en disant qu’il avait amené la ville à un autre niveau. Il ajoute avoir « donné beaucoup d’amour » au centre-ville. Il a aussi encensé l’agilité de l’appareil municipal et des gens avec qui il travaille puisqu’ils ont su s’adapter de façon admirable aux nouvelles réalités.

Malgré cela, il ne faut pas oublier que le chemin n’a pas été le plus lisse. Le dernier mandat a été ponctué de quelques controverses. On peut penser aux multiples conflits et accrochages qu’il a eus avec la candidate à la mairie, Évelyne Beaudin, et des constats financiers peu encourageants. On peut aussi ajouter l’affaire plus récente où un magasin Canac n’avait pas payé d’électricité pendant plusieurs années.

Bref, il faut saluer l’audace de monsieur Lussier qui fait campagne pour une deuxième fois sous une bannière indépendante. Saluons aussi la créativité et l’adaptabilité de la mairie et de tout l’appareil municipal qui ont su s’adapter aux nouvelles réalités de la crise sanitaire pour continuer d’offrir des services aux citoyennes et citoyens et continuer de faire de Sherbrooke un milieu de vie où il fait bon vivre.


Source photo @ Cottonbro

Partager cette publication