Laurie Jeanne Beaudoin

Courir durant presque douze heures d’affilée autour du lac des Nations, un défi dans lequel Jacob Auger se plonge lui-même sans hésiter. Le 30 décembre dernier, le jeune cégépien avait réussi à courir durant 9 heures autour du lac des Nations dans le but d’amasser des fonds pour la Fondation David Suzuki. Cette fois-ci, amasser de l’argent n’était pas l’objectif.

La formule 2021 était plutôt d’encourager les gens à venir courir aux côtés du sportif, dans l’optique de promouvoir de meilleures habitudes de vie pour nous-mêmes et notre planète. Samedi matin, le 11 septembre, Jacob, non pas sans difficulté, a relevé cet exploit avec un peu plus de préparation que l’année dernière, mais toujours avec les mêmes valeurs sur le cœur. L’événement s’est déroulé au lac des Nations, lieu rassembleur de la ville de Sherbrooke.

Choisir de changer en mieux

L’objectif que visait Jacob Auger du début à la fin était de sensibiliser la population à la cause environnementale et à l’importance de pratiquer de l’activité physique. Comme il l’a expliqué dans une entrevue avec Le Collectif : « L’activité physique c’est tellement important, mentalement et physiquement on va mieux, juste dans la façon dont on pense ça change tout, surtout quand on en fait tous les jours. » Jacob met l’accent sur la pandémie et ses conséquences dévastatrices sur la santé mentale de la population. En effet, son invitation au tour du lac était aussi une manière pour lui de lancer un mouvement pour montrer les bienfaits de l’activité physique aux citoyens et citoyennes et les aider à intégrer le sport dans leur quotidien.

Notamment, Jacob confirme qu’il a inspiré plusieurs personnes à se mettre à la course et à prendre soin d’elles-mêmes. « C’est vraiment gratifiant de voir que j’ai affecté positivement mon entourage à apporter des changements dans sa vie. »

Des apprentissages marquants  

Un total d’environ 70 kilomètres, un ultramarathon qu’il a accompli un tour à la fois, et ce, avec l’aide de sa famille, de ses amis et d’autres personnes de tous les coins de Sherbrooke, il y avait toujours quelqu’un pour courir avec lui. Le mois de septembre a toutefois apporté quelques obstacles. La chaleur et la rigidité du sol ont sans aucun doute rendu la vie difficile pour les chevilles du coureur. Les derniers tours se sont complétés à la marche. Tout de même, Jacob a fait preuve d’une force physiquement et mentalement admirable.

Étant à sa deuxième fois, Jacob était plus familier avec le processus. Il savait comment mobiliser la population avec juste assez de publicité. D’ailleurs, c’est avec une vidéo sur Facebook qu’il a annoncé l’événement quelques semaines avant le 11 septembre. Bien sûr, il ne se doutait pas de l’ampleur médiatique qui allait suivre. Toutefois, Jacob est très heureux que son initiative ait été reconnue. De plus, douze politiciens et politiciennes sont venus donner leur appui durant la journée de samedi, dont la députée caquiste Geneviève Hébert, la conseillère municipale, le conseiller Pierre Avard et le candidat dans le district du Lac-des-Nations, Éric Deslauriers.

La petite histoire derrière le projet

Il y a bel et bien eu un moment marquant pour Jacob qui a déclenché chez lui une volonté d’agir. L’année dernière, le 28 décembre 2020, assis sur son divan, Jacob prend des nouvelles d’un ami et constate que celui-ci a complètement cessé de pratiquer du sport depuis quelque temps. Affecté et désolé par la situation, Jacob se mobilise et spontanément, il se lance le défi de courir durant douze heures d’affilée les deux jours suivants, et ce, sans nécessairement s’y être préparé. Selon Jacob c’était une manière radicale de motiver les gens à sortir et à bouger. Un an plus tard, Jacob tente l’expérience à nouveau. Cette fois, il s’est entrainé à courir un peu chaque semaine.

Une cause environnementale

Durant l’événement, il y avait des bénévoles qui s’occupaient d’un petit cahier, dans lequel les gens pouvaient, s’ils le désiraient, signer leur nom et inscrire les changements pour l’environnement qu’ils comptent accomplir prochainement dans leur vie. Par exemple, s’engager à prendre moins l’auto ou à acheter local. Environ 70 personnes sont venues encourager Jacob et signer le cahier par la même occasion.

Le constat : le cahier à la fin de la journée était rempli de petits gestes simples et effectifs qui pourtant semblent difficiles à appliquer pour certains. Le point positif? La population est informée. Toutefois, Jacob croit qu’il reste encore du travail à faire pour réellement mobiliser les gens.

Ce n’est qu’un début

Le projet autour du lac sera sans aucun doute de retour en septembre prochain. Jacob Auger vise un événement d’une plus grande ampleur, il aimerait mobiliser plus de citoyens et citoyennes de Sherbrooke et inviter plus de politiciens et politiciennes à venir s’engager pour la cause. L’année prochaine, la Fondation David Suzuki sera présente ainsi que d’autres organismes de l’Estrie. Jacob aimerait aussi inviter toutes les équipes sportives des écoles de la région à venir courir avec lui. Tout comme le demi-marathon de Sherbrooke, le tour du Lac deviendra un événement d’envergure.

Ce ne sera certainement pas la dernière fois qu’on entendra parler de Jacob Auger, un jeune homme allumé et impliqué. « Mon but dans la vie, c’est de faire en sorte que notre société s’améliore, toute société est perfectible. »


Crédit photo @ Jacob Auger

Partager cette publication