Par Béatrice Palin  

Les changements hebdomadaires dans les mesures sociosanitaires amènent leur lot de complications pour les organisateurs d’évènements de grande envergure. Le comité derrière la Fête du lac des Nations ne s’est pas laissé décourager et nous prépare une programmation adaptée et variée. L’évènement se déroulera du 14 au 17 juillet 2021 à la salle Maurice O’Bready en formule hybride, une nouveauté cette année. 

La programmation de cette année ne laissera personne en reste. Avec des artistes comme Marie-MaiKaïn, Valaire, Offenbach acoustique et même Arthur l’Aventurier, il y en aura pour tous les goûts et tous les âges. Malheureusement, les activités connexes se déroulant normalement en bordure du lac ne pourront toutefois pas avoir lieu en raison de la difficile logistique de contrôler le nombre de personnes sur le site. C’est un peu aussi pourquoi les organisateurs ont choisi une formule en salle de spectacle pour les représentations musicales. 

Et la formule hybride? 

Jean-Pierre Beaudoin, directeur général et artistique, explique que son équipe travaille depuis l’automne à près de 5 scénarios possibles, afin de ne pas se faire prendre de court par quelques revirements de situation pandémique, une méthode qui s’est avérée sage. Quand le gouvernement a finalement annoncé la formule à adopter cet été pour les grands rassemblements, l’organisation a dirigé son regard vers les petites notes de bas de page. En effet, tenir un festival en plein air deviendrait une tâche extrêmement complexe avec un maximum de 700 spectateurs en extérieur. Le fait que l’évènement se déroule dans un parc rend le contrôle ardu. C’est donc pourquoi monsieur Beaudoin et ses collègues ont décidé de tenir les spectacles dans une salle de spectacle fermée. Où intervient l’hybridité dans tout cela?  

Afin de garder l’aspect humain et l’intimité des festivals en plein air, la Fête du lac offre toujours l’option de l’année précédente : assister aux spectacles en ligne. L’angle utilisé est d’inciter les spectateurs à tenir leur mini festival sur leurs balcons. Le passeport pour le weekend en entier en virtuel ne s’élève qu’à une vingtaine de dollars. Cela rend tentante l’idée d’inviter le nombre d’amis permis par le gouvernement chez soi pour syntoniser un des spectacles sur une télévision ou un projecteur et célébrer dans le confort de sa maison. L’équipe de l’évènement envisage même d’organiser, dans les prochaines semaines, des concours offrant comme prix des kits pour célébrer sur nos balcons et dans nos cours. 

Et les formalités? 

Quand le Collectif demande à monsieur Beaudoin si l’équipe avait déjà songé à tout annuler, par excès de complexité, il répond un non affirmé. Il ajoute même que tout le long de la pandémie, aucun emploi n’a été perdu. Toute l’équipe a passé l’année à produire des scénarios possibles afin qu’une Fête du lac soit possible, peu importe le mode.  

La capacité des deux salles de spectacles du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke est limitée : 50 personnes dans la petite salle et 250 dans la salle Maurice O’Bready. Au moment d’écrire cet article, les billets en présentiel étaient déjà presque entièrement vendus. Cela démontre l’importance de la diffusion en ligne des représentations afin de joindre le plus de gens possible.  

Concernant les difficultés techniques qui peuvent survenir lors de la diffusion d’un show en direct, Jean-Pierre Beaudoin rappelle que l’édition 2020 était entièrement en virtuel. Son équipe est déjà très familière et efficace avec le format. Contrairement à l’an dernier, l’organisation se donne le défi d’avoir plus d’angles de caméras afin de donner une plus grande immersion aux spectateurs virtuels. Le tout, un peu à la manière dont sont filmés les spectacles d’humour rediffusés à la télé, mais en direct. Il veut vraiment que les gens à la maison aient l’impression d’y être. 

Et les artistes? 

L’attitude des artistes face à la pandémie est la même que celle de monsieur et madame Tout-le-Monde. Certains sont heureux des relâchements des mesures et sont prêts à retourner sur scène au plus vite, alors que d’autres sont encore réticents et préfèrent jouer de prudence. Malgré cela, le recrutement n’a pas été un enjeu, selon le directeur. Comme le milieu culturel québécois est une famille tissée serrée, tout le monde s’est tenu au courant des revirements tout au long de l’année. L’aspect qui a causé le plus de problèmes est le fait que les mesures officielles sont arrivées extrêmement à la dernière minute pour le milieu du spectacle. Plusieurs avaient déjà des obligations. L’organisation se réservait aussi le droit de garder les plus grands noms pour une année régulière, ce qui est compréhensible. 

Et l’avenir de la Fête du lac des Nations? 

Selon M. Beaudoin, la partie des spectateurs assistant au festival en ligne rend l’approximation de la quantité réelle de visiteurs compliquée. Une personne achetant un billet en ligne peut signifier 3 ou 4 spectateurs réels. C’est d’ailleurs le chiffre utilisé pour évaluer la fréquentation réelle virtuelle : 3 spectateurs pour 1 billet vendu. Avec cela, le calcul montait à 100000 visiteurs l’an dernier. Il ne serait pas surpris de voir ce nombre doubler cette année avec la version hybride.  

Le concept de contenu virtuel n’est pas à négliger et semble vouloir rester d’une manière ou d’une autre pour les années à venir. Il permet de joindre des spectateurs qui n’auraient pas assisté aux festivités autrement. M. Beaudoin souligne que l’an dernier, des gens de partout dans le monde ont regardé les spectacles sur leurs écrans. Il ajoute aussi que s’ils continuent d’utiliser le numérique, ce sera surtout pour du contenu complémentaire, comme des entrevues, ce qui se déroule derrière la scène, etc. 

«L’édition 2022 sera la plus grande fête que Sherbrooke n’aura jamais vécue. 2021 est la 39,5e édition. 2022 sera le vrai 40e anniversaire. Nous voulons redonner la joie de vivre aux Sherbrookois, la joie de pouvoir partager, célébrer entre amis, se rapprocher, profiter du festival à fond », conclut le directeur général et artistique.  

C’est donc un rendez-vous du 14 au 17 juillet, en direct de la salle Maurice O’Bready ou de votre salon. 

Pour la programmation complète, visitez le site web officiel.


Source : Site officiel Fête du lac des Nations Promutuel

À lire aussi

Un été culturel en Estrie

Partager cette publication