Par Karlen Monny 

Âgée de seulement 33 ans, Évelyne Beaudin est devenue la première mairesse de la ville de Sherbrooke le 7 novembre dernier. À la tête du parti Sherbrooke citoyen qu’elle a cofondé en 2016, elle succède au maire sortant Steve Lussier.  

La nouvelle mairesse a obtenu 41,08 % des voix, suivie de très près par Luc Fortin, ancien député et ministre de la Famille du Québec, avec 39,26 %. M. Lussier, qui tentait d’acquérir un deuxième mandat, n’a obtenu que 18,66 % du scrutin. 

La politique au féminin  

2021 rime avec nouveauté pour Sherbrooke; en plus d’avoir élu une femme à la tête de la ville, le conseil municipal compte également 11 personnalités féminines sur 16 conseillers : Fernanda Luz, Laure Letarte-Lavoie, Joanie Bellerose, Geneviève La Roche, Catherine Boileau, Nancy Robichaud, Hélène Dauphinais, Annie Godbout, Danielle Berthold, Christelle Lefèvre et Jennifer Garfat.  

Cette nouvelle vague féminine est semblable à celles des plus grandes villes comme Montréal ou Brossard, où les femmes se sont déjà installées au conseil. En effet, Montréal a réélu Valérie Plante comme mairesse, tandis que Brossard a accueilli Catherine Fournier, la plus jeune femme à être élue à la tête d’une grande ville du Québec. 

De la diversité au conseil municipal 

La nouveauté concorde avec la diversité pour Sherbrooke. Non seulement le conseil municipal comporte plus de femmes que jamais, mais il inclut également des personnes issues de minorités visibles. Rais Kibonge est devenu le premier conseiller municipal noir élu à Sherbrooke, représentant le district Lac-des-Nations. De plus, Fernanda Luz, immigrante d’origine brésilienne, a remporté le district du Carrefour avec plus de 41 % des voix. Laure Letarte-Lavoie, d’origine chinoise, va représenter les citoyens du district de l’Hôtel-Dieu.  

S’étant déjà présenté il y a quatre ans comme conseiller, Rais Kibonge parle « d’honneur et de témoignage à l’ouverture » lors d’une entrevue pour 107,7 Estrie avec Jean-Sébastien Hammal. Il brise donc une glace grâce à son élection. Sa victoire est considérée comme le début d’un grand chapitre à Sherbrooke, où diversité et politique sont associées.  

Les élections du 7 novembre 2021 ont et vont marquer l’histoire de la ville de Sherbrooke : une première femme élue à la tête de la ville et un conseil municipal représenté majoritairement par des femmes et des minorités visibles. Une nouvelle ère s’installe dans la ville, rimant avec diversité et représentation de la communauté. Un plus large éventail de citoyens va pouvoir se retrouver, se voir et développer une relation de confiance qui n’a pas encore été observée à Sherbrooke. Cependant, cette nouvelle représentation pourrait être la cible de plus hautes exigences de la part des citoyens. Évelyne Beaudin, au côté de ses associés, va devoir relever le défi que les Sherbrookois lui ont accordé pour les quatre prochaines années.


Image fournie par la Ville de Sherbrooke

Partager cette publication