Par Gabrielle Lapierre

Faire la fête est un des plaisirs de la vie universitaire. Mais est-ce que ces fêtes produisent trop de déchets?

Les fêtes étudiantes universitaires font partie des traditions les plus connues des étudiants du Québec. Que ce soit les nombreux partys de la polytechnique, l’Oktoberfest de l’Université de Sherbrooke ou les 5 à 8 hebdomadaires, les fêtes constituent un incontournable pour se construire une vie sociale universitaire.

Toutefois, est-ce que ces fêtes bien ancrées dans la tradition universitaire sont faites dans les respects de l’environnement? Certains d’entre vous diront que c’est une préoccupation inutile pour des événements aussi courts.

Une question de mentalité

J’écris rarement des articles aussi positifs en matière d’environnement. Les déboires environnementaux du dernier centenaire et l’apparition de produits jetables facilitant notre mode de vie font en sorte qu’il est plus fréquent de retrouver des informations frustrantes et de trouver des organismes qui se soucient réellement de leurs déchets. Toutefois, il y a eu une grande amélioration et un changement de mentalité au Québec en matière de recyclage et de gestion des matières résiduelles. Désormais, mettre un produit recyclable dans les poubelles est devenu un geste pratiquement aussi répréhensible que celui de laisser traîner ses déchets sur le sol.

Le bock écolo

L’Université de Sherbrooke est reconnue à travers le monde pour ses efforts environnementaux. Le classement de GreenMetric World University 2015, dévoilé le 22 janvier, classe le campus de l’Université de Sherbrooke neuvième au monde en matière de développement durable. L’organisation des événements de façon à ce que la génération de déchets soit minimale fait partie des raisons pour lesquelles notre campus se classe si bien dans le palmarès.

Depuis 2002, le groupe Génie-Vert de l’Université travaille à rendre les 5 à 8 des facultés plus écologiques. Désormais, et ce, depuis plusieurs années, les nouveaux étudiants peuvent acheter un bock de bière en plastique avec le logo de l’Université lors de la rentrée scolaire. Ce bock a été conçu spécialement pour diminuer l’utilisation de verres jetables lors d’événements étudiants. Si vous n’avez pas de verres réutilisables, vous devez payer 1 $ (pratiquement le prix d’une demi-consommation!) pour en obtenir un. Buvez avec fierté, car en possédant le bock de l’Université, vous êtes un alcoolique consommateur écologique!

Pas besoin d’une assiette!

Ce n’est pas seulement les bocks réutilisables qui contribuent à diminuer les déchets lors des fêtes sur le campus. Avez-vous déjà mangé une bonne pointe de pizza dans ces soirées? Avez-vous vu des assiettes ou des ustensiles? Mais surtout, en avez-vous eu vraiment besoin? Bien sûr que non!

Le bout du carton de pizza est amplement suffisant pour servir de support pendant que vous mangez votre pizza à moitié écrasée qui laissera probablement une tache quelque part sur vos vêtements. Est-ce que c’est si important de manger proprement avec une assiette en carton et des ustensiles? Un 5 à 8 universitaire, c’est un moment pour oublier la pression des examens et pour avoir du bon temps entre amis. Il n’y a aucune nécessité d’avoir d’assiette en carton mou qui risque de vous faire échapper la belle pointe de pizza. De toute façon, le carton déchiré est beaucoup plus rigide!

À la fin des soirées, il ne reste finalement que quelques bouteilles qui ne peuvent être consignées qui produisent de réels déchets lors des 5 à 8 de l’Université de Sherbrooke. Alors buvez et amusez-vous ma gang d’écologistes!


Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *