BioBot : Pour le génie en herbe qui sommeille en toi!

Par Sofie Lafrance

Dans le cadre de leur projet de fin de baccalauréat, huit étudiants de génie électrique incarnent le projet BioBot, qui vise à simplifier la tâche des biologistes au quotidien. Le futur ingénieur et membre de l’équipe, Charles Lamonde, nous l’explique ici.

La dernière année du baccalauréat en génie électrique est consacrée à des projets d’équipes étudiants, qui aboutissent à l’Expo mégaGÉNIALE, où tous les efforts sont exposés et gratifiés. Par sa simplicité complexe, le projet BioBot mérite une attention particulière. L’équipe actuelle a pris le relais de 15 étudiants ayant exécuté la première lancée du projet en 2015.

Il s’agit en fait d’un système automatisé qui permet de reproduire des manipulations biologiques simples, longues, répétitives et habituellement exécutées par le personnel en laboratoire. Il permet donc une économie de temps et une concentration du travail des biologistes sur des tâches qui nécessitent réellement « la main humaine ». Ceux-ci seront donc en mesure d’utiliser leurs compétences à meilleur escient, tout en s’affranchissant de tâches répétitives.

L’objectif de BioBot est donc de réaliser des protocoles biologiques aussi rapides, voire plus, qu’un humain en réduisant toute marge d’erreur relative à la manipulation humaine. À titre d’exemple, sa précision et sa robotisation permettent d’éviter toute erreur expérimentale causée par la fatigue ou l’inattention. La reproductibilité des résultats est donc optimale grâce à ce système.

BioBot se différencie des autres produits de ce genre offerts sur le marché, et ce, de plusieurs manières. D’abord, il est peu dispendieux. Un laboratoire pourrait se le procurer pour moins de 10 000 $. Ensuite, son emploi est facile et ne nécessite aucune formation précise puisque ses codes d’utilisation sont universels. Puis, il est multifonctionnel et s’adapte aux besoins des chercheuses et chercheurs en laboratoire. La polyvalence et la simplicité sont les mots d’ordre du projet BioBot.

Enfin, ce projet est singulier, car il s’avère inclusif et rassembleur pour les autres champs d’expertise disponibles parmi la communauté universitaire. Le projet BioBot est avant tout « une grande équipe », qui désire recouper les sciences, l’ingénierie et les sciences sociales pour pousser les capacités du projet à un niveau supérieur. L’équipe est d’ailleurs toujours disposée à recevoir l’aide d’étudiantes et d’étudiants allumés, peu importe leurs champs d’études.

Pour plus d'informations, consultez la page Facebook BioBot ou encore son site web!


Partager cette publication