Par Simon RD

Alors qu’en 2017 une vague de dénonciations déferle sur les réseaux sociaux sous le mot-clic très connu de #MeeToo, cette semaine le web se déconfine pour donner lieu à un nouvelle vague de dénonciations, où Safia Nolin a brisé, en partie, la glace en dénonçant Marie-Pier Morin. Plusieurs noms ont d’ailleurs sorti, dont celui du Youtuber Kevin Marquis. Puis là, il s’est empressé de jouer le sentimental sur une vidéo qu’il a lui-même publiée sur YouTube. Le bout de la m**** et loin d’être une joke de papa.

Encore une fois, les femmes se tiennent debout devant un système indéniablement patriarcal rempli de Sapiens assoiffés de pouvoir et de perversion. Encore en 2020 (heureusement d’ailleurs), les femmes dénoncent des Sapiens, qui peut-être, se croyaient au-dessus de tout, sur les réseaux sociaux. Bien sûr, « l’élite intellectuelle » crie au lynchage et au règlement de compte sur la place publique. Honnêtement, à cela on pourrait aussi bêtement répondre « ouin, pis ? » Une agression ou un viol n’est pas un conflit entre voisins, ou un conflit qu’on règle aux petites créances. Un viol ou une agression sexuelle ; c’est quelque chose de profond et de viscéral ! C’est une cicatrice permanente, peu importe le degré de résilience. Puis même si je suis un homme, je peux très bien comprendre que la sexualité pour un homme est loin d’être la même chose que pour une femme. On va se le dire « les boys », ça fait longtemps qu’on l’a facile !

Je ne suis pas une femme, mais assez sensible pour penser que la sensibilité du corps d’une femme est beaucoup plus forte et complexe que celui de l’homme alpha. Pour une femme, je crois, c’est beaucoup plus compliqué et on doit le respecter et surtout l’admettre. Un exemple de réplique souvent observée, sur les médias sociaux, durant cette vague de dénonciations va comme suit : « ne va pas dans la chambre d’hôtel si tu ne veux rien avoir ». Écoutez, une réplique d’une telle ignorance donne froid dans le dos. Exemple : si tu vas te faire tatouer, tu as le droit de te raviser ? Tu te rends dans un concessionnaire pour acheter une voiture, tu as le droit de dire non, finalement ? Pourquoi ne pourrais-tu pas décider de refuser quand il est question de ton corps ? Une équation digne de l’homo sapiens : si tu m’embrasses, ça veut dire que ton corps m’appartient : « quick math » !

Les noms tombent sur le net et celui de Kevin Marquis aussi. Puis, il décide de publier une vidéo sur sa chaîne YouTube, où là, c’est le comble. Une vidéo où il « s’excuse », où il dit qu’il est désolé et si navré d’avoir agi ainsi… Son nom verbal est presque gênant. Honnêtement, il ressemblait à un enfant de cinq qui s’excuse d’avoir volé des chocolats. En fait, on avait plus l’impression qu’il cherchait à « surfer » sur le restant de vague qui lui restait. Le plus vulgaire dans tout cela est que monsieur Marquis avait publié une vidéo sur le privilège masculin qui s’intitule : Journée relaxe dans la vie d’un privilégié masculin. Dans cette vidéo, il mettait en lumière tous les avantages d’être un homme dans la société, en comparaison avec la femme, pour nous montrer que des fois, cela pouvait être difficile d’être une femme : oups, Kevin !

Alors, mes amis hommes Sapiens, il faut qu’on se parle. Personne n’est parfait et c’est correct comme cela. C’est même normal d’être imparfait. Toutefois, il n’est pas interdit d’évoluer, vous, moi et tous. Puis, cela ne veut pas dire d’avoir peur de courtiser une femme ou même d’espérer avoir une aventure. Parce que, quelque part, des aventures, tout le monde en a. L’important c’est que les deux puissent vivre l’aventure dans le consentement et dans la passion. « Même si c’est oui, ça peut être non et si c’est non, c’est non ». Un calcul, ma foi, assez simple ! Le problème avec les individus qui finissent par se croire au-dessus de tout, c’est qu’ils semblent, un jour ou l’autre, devenir dangereux face aux gens qui dégagent une certaine vulnérabilité. Puis sérieusement, si l’alcool est ton seul moyen de flirter : lumière rouge !

On dit que ce genre de problème se règle en cours. Peut-être, mais au pire, qu’est-ce que ça te fait à toi, si un mouvement comme celui-là déferle ? As-tu vraiment un problème, Sapiens, quand des femmes et hommes décident de dénoncer des pervers narcissiques ? On souhaite que non. Encore une fois, on a vu qu’un bon nombre de personnes du showbiz viennent d’être dénoncées. Il faut le dire, ce n’est pas toujours les beaux sourires qui font les plus beaux humains.

La beauté dans tout ça, c’est que ce n’est pas juste le milieu artistique qui a été dénoncé, mais beaucoup de gens du commun des mortels. Sur Instagram, des pages dédiées aux dénonciations ont été ouvertes. L’humain se déconfine et à travers les libertés qui ont été restreintes, des personnes courageuses se donnent encore le droit de protester contre les injustices et les abus.

Enfin, il faut savoir que les luttes sont dures et, des fois, cela peut être douloureux, mais malheureusement c’est le prix à payer pour espérer vivre dans un monde meilleur, un monde libre. Bientôt, il y a espoir que le Sapien « civilisé » et individualiste deviendra un Sapien libre, sensible et solidaire.

Ce matin, je fais à déjeuner à mes enfants et je leur dis que le monde de demain sera entre leurs mains. Aussi bien leur dire quand l’amour est encore pur.

Archives

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *