L’arrivée du vélo de montagne au Mont Orford : au grand plaisir des adeptes!

Par Mariève Bégin

Bonne nouvelle pour les amateurs de vélo de montagne : de nouveaux sentiers y seront consacrés dans la région! La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) a annoncé la réalisation d’un projet-pilote au parc national du Mont Orford pour l'aménagement de sentiers dédiés au vélo de montagne.

Le projet est lancé en réponse à l’intérêt grandissant pour ce sport au Québec, que la clientèle n’a pas manqué de manifester dans la région d’Orford. En effet, lors de la table de consultation citoyenne, on a manifesté l’intérêt d’intégrer cette activité à l’offre diversifiée de plein air du Mont Orford. De plus, Mélanie Pageau, conseillère en communication à la Sépaq, mentionne qu’une pétition sur le sujet avait été lancée par un jeune cycliste de 15 ans, l’automne dernier, et qu’il avait récolté plus de 6000 signatures. L’engouement pour le vélo de montagne est donc bien réel dans la région, ce qui, en plus du bassin de population important et du potentiel du territoire, a mené au choix du Mont Orford pour le projet-pilote.

La première phase constitue un réseau de 10 km qui s’adresse à des cyclistes débutants et intermédiaires. Ce sera donc l’endroit parfait pour les novices qui veulent s’initier à cette activité en Estrie, puisque les dénivelés sont plus importants à Bromont et au Mont Bellevue selon la conseillère en communication. Les travaux débuteront à la fin du mois d’août et devraient être terminés pour cet hiver. Déjà, il sera possible d’arpenter les sentiers enneigés sur vélo à pneus surdimensionnés (fatbike) pour les cyclistes qui ne sont pas frileux! D’ailleurs, il semblerait qu’ils soient de plus en plus nombreux, le fatbike hivernal gagnant en popularité depuis les dernières années. Il sera possible de louer les vélos sur place, donc nul besoin de s’équiper pour s’initier.

Mélanie Pageau explique que des sondages seront effectués auprès de la clientèle, question de prendre le pouls du public face à la phase 1. Selon les commentaires reçus ainsi que le taux d’achalandage, une deuxième phase pourrait éventuellement être développée au parc national du Mont Orford, mais également dans d’autres établissements de la Sépaq.

La Sépaq est présentement en appel d’offres pour le projet. Mélanie Pageau affirme donc qu’on ne peut pas divulguer le budget alloué à l’initiative pour le moment, afin de ne pas influencer les offres des soumissionnaires qui sont en cours.

Cet article te donne envie d’enfourcher un vélo de montagne? D’ici à ce que les pistes soient prêtes au parc national du Mont Orford, tu peux toujours aller t’aventurer dans le réseau de 22 pistes de Bromont, à moins d’une heure de Sherbrooke, ou encore au Mont Bellevue, à quelques minutes seulement de l’Université!

Partager cette publication

1 comment

  1. Mel 28 octobre 2018 at 14:48 Répondre

    Bonjour à tous étudiants et personnel de l’US, l’Université de Sherbrooke s’apprête à condamner les sentiers de vélo de montagne sur une partie du mont Bellevue (secteur JS Bourque). SVP manifestez-vous contre cette idée. Sous peu pétition à suivre.

Laisser une réponse