Le zéro déchet : comment avoir un impact individuel significatif sur l'environnement

Par Léa Bourque

Saviez-vous qu’à Sherbrooke, la quantité de matière résiduelle produite en 2013 par les citoyens a été de 44 959 tonnes, et ce, excluant la matière résiduelle organique correspondant au système de compostage de la Ville? 

Pourquoi fait-on autant de déchets? C’est simple : parce que c'est tellement facile de jeter! C'est tellement facile que c'est automatique. On ne se pose même pas de questions. Dans les magasins et à la maison, les produits jetables et le suremballage font partie de notre quotidien, sans même qu'on le remarque. D'ailleurs, le camion vient chercher notre poubelle lorsqu'elle est pleine, alors pourquoi se casser la tête?

Ce qu'on oublie trop souvent, c'est que nos déchets ne disparaissent pas avec le camion. En fait, ils s'accumulent, créant ainsi plusieurs problèmes environnementaux, comme la contamination des sols et des cours d'eau près des sites d'enfouissement. De plus, si on se penche sur le problème à la source, un mode de vie qui favorise l'utilisation du « jetable » mène à une exploitation excessive des ressources.

Alors, comment contrer cette tendance? En prenant le contrôle de notre poubelle et en se posant des questions pour diminuer son contenu! Et c'est exactement ça le zéro déchet. C'est de trouver une autre solution pour chaque item finissant à la poubelle.

Ce mouvement se base sur cinq étapes à respecter en ordre : refuser, réduire, réutiliser, recycler et composter. La première étape, refuser, nécessite d'arrêter de consommer les produits dont nous n’avons pas vraiment besoin, comme une paille en plastique dans notre verre au restaurant. La seconde étape, réduire, implique de diminuer notre consommation générale des produits nécessaires, comme les vêtements. La troisième étape, réutiliser, consiste à maximiser la vie d’un bien matériel. Par exemple, à la place de jeter une serviette que l'on trouve trop vieille ou trop usée, on peut la couper et en faire des guenilles. Finalement, tout ce qui ne peut être réutilisé doit être recyclé ou composté.

Ça peut paraître un défi immense, voire infaisable, mais c'est possible et même plaisant à réaliser! Il suffit d'y aller une étape à la fois et de respecter ses limites.

Dans cette optique, le Comité zéro déchet a été créé à l'automne pour faire connaître le mouvement et aider la communauté étudiante à produire moins de déchets. Présentement, nous travaillons sur plusieurs projets, dont un guide zéro déchet et un blogue qui sera animé par nos membres. D'ailleurs, nous organisons un atelier d'initiation au zéro déchet au retour de la relâche, soit le lundi 13 mars de 12 h à 13 h au salon du Carrefour de l'information.

Pour en savoir plus, vous pouvez suivre notre page Facebook : Comité Zéro Déchet UdeS. Aussi, vous pouvez consulter le livre de Béa Johnson Zéro déchet ou encore des blogues comme Le blog de Jule, Tendance radis, Les trappeuses, Sortir les poubelles et Trash is for tossers.

Ensemble, on va sauver le monde, un déchet à la fois!


Crédit photo © jesuisfrancais.net

Laisser une réponse